Musique - Dominique A

Dominique A vit tellement parmi nous que l’on a oublié à quoi ressemblait le monde sans lui. Ce monde sans lui, il s’arrête comptablement en 1991. Bernard Lenoir, le John Peel français.

Musique - Dominique A - Meaux

Diffusé dans une Black Session sur France Inter un morceau qui s’appelle Va-t’en. C’est celui d’un jeune gars originaire de Provins qui a posé sa guitare à Nantes ou alentours. La voix est fluette, les mots sont désespérés, et l’ambiance est proche des heures les plus sombres de Joy Division. Émoi chez les auditeurs de Lenoir qui bombardent le standard. Le Black comprend le message et repasse le morceau. Quelques jours plus tard, c’est Arnaud Viviant qui trempe sa plume dans le son de Dominique A pour en ressortir un éloge.

Les Inrocks lui emboite le pas. Depuis plusieurs mois, cette trinité a entre les mains un 33 tour vinyle envoyé de la Résidence du Taillis à Orvault et qui fait beaucoup parler. Le label Lithium a flairé le talent et est passé à l’action entre-temps. En février 1992 sort La Fossette. Cet opus va marquer une génération et donner son élan à toute une scène nantaise qui va occuper pendant plus de 30 ans les avant-postes du rock français, qu’il s’agisse de Katerine ou des Little Rabbits.

DISTRIBUTION
Chant : Dominique A
Claviers, piano : David Euverte
Progs, claviers : Julien Noël
Flûte : Sylvaine Hélary
Batterie : Etienne Bonhomme
Contrebasse : Sébastien Boisseau