Musique classique - Clara HASKIL, prélude et fugue avec Lætitia Casta

Clara, ou la simplicité sonore d’un beau prénom latin. Rayonnant, transparent, il dit l’éclat et la lumière. Chez Clara Haskil, cette lumière est à la fois très forte et très fragile. Humble et intense, jusqu’au mystère.

Musique classique - Clara HASKIL, prélude et fugue avec Lætitia Casta - Meaux

Son ami Charlie Chaplin a confié un jour qu’il n’avait rencontré que trois génies dans sa vie : Einstein, Churchill et Clara Haskil. Elle a été l’une des plus grandes pianistes du XXème siècle. Pourquoi ? Qui peut le dire ? Son talent est une grâce qui brille dès l’enfance, et qui se manifeste avant qu’elle ait appris à lire. Une simple petite fille roumaine qui s’applique, avec un seul doigt, à reproduire au piano une mélodie de Schumann qu’a jouée sa mère. Une soixantaine d’années plus tard, après d’innombrables épreuves, elle est enfin reconnue à sa juste valeur, multiplie les concerts, voyage dans le monde entier. Et pourtant, elle semble n’avoir jamais changé, à peine bougé. Le génie, a dit Baudelaire, n’est que l’enfance retrouvée à volonté ; mais Clara Haskil, elle, qui n’eut jamais d’enfants, paraît parfois n’avoir pas même besoin de retrouver une enfance qu’elle n’a jamais perdue. À moins qu’on ne l’en ait privée ?…



DISTRIBUTION
Texte de : Serge Kribus
Mise en scène : Safy Nebbou
Assistantes à la mise en scène : Virginie Ferrere et Sandra Choquet
Avec : Laetitia Casta
Piano : Isil Bengi
Scénographie : Cyril Gomez-Mathieu
Lumière : Eric Soyer
Son : Sébastien Trouvé
Conseillères musicales : Anna Petron et Isil Bengi
Répétiteur : Daniel Marchaudon
Costumes : Saint Laurent