Jean Rose, un mystérieux bienfaiteur

Son nom vous dit peut-être quelque chose si vous avez parcouru le boulevard qui coure le long des remparts gallo-romains de Meaux. Ce personnage meldois lui a en effet donné son nom, mais savez-vous pourquoi ?

Jean Rose est un homme bien mystérieux. Si on ne connait pas sa date de naissance, on sait qu’il mourut en 1364. Bourgeois du Moyen âge, il vécut les périodes troubles du 14ème siècle : Guerre de 100 ans, peste noire, Jacquerie...

Frise chronologique 14ème siecle

À la mort de son père, Jean Rose hérita de la plus grande fortune de Meaux. Il la fît prospérer par le commerce du grain particulièrement durant les premières années de la guerre de 100 ans.

Quelques années plus tard, la peste noire s’étendit sur le territoire. La ville de Crécy-La-Chapelle, à seulement 15 km de Meaux, fût très sévèrement touchée. A Meaux c’est un tiers de la population qui mourut en 1348.

Cette terrible épidémie bouleversa Jean Rose qui se tourna vers les pauvres et les malades et devint le bienfaiteur de la ville de Meaux. Sa richesse, lui permit en effet de créer divers fondations pieuses. En 1356 il fît construire l’hôpital de la Passion pour y accueillir 25 aveugles et 12 pauvres, ainsi qu’une école pour 10 enfants. L’hôpital fonctionna durant de très nombreuses années. Il changea de nom entre le 15ème siècle et le 16ème siècle. On l’appela progressivement l’hôpital Jean Rose. Ce n’est qu’en 1647 que l'évêque Dominique Séguier décida de fermer l'hôpital pour y installer un séminaire. Les bâtiments qui abritèrent le Grand Séminaire furent entièrement reconstruits au 18ème siècle. Seule la chapelle de l'hôpital Jean-Rose subsiste aujourd’hui. On y aperçoit toujours le blason du bienfaiteur composé de trois roses. Il se trouve sous la date de construction de l'édifice au dessus de la porte.

Portail de l'église Jean Rose à Meaux
Portail de l'église de l'hôpital Jean Rose

En 1358 éclata la révolte des Jacques (Jacquerie) à Meaux. Ce sont près de 10 000 paysans et bourgeois (avec le soutien de Jean Rose) qui attaquèrent le quartier du Marché où de nombreux nobles, principalement des femmes, étaient retranchés. Beaucoup de Jacques se firent massacrer face à la noblesse qui avait les armes pour se défendre. Jean Rose dût demander un pardon individuel auprès du roi Charles V pour sa participation à la révolte.

Il mourut quelques années plus tard en 1364 et légua par testament la quasi-totalité de ses biens à la ville de Meaux pour qu’elle prenne soin des miséreux et des malades.

Jean Rose est enterré aux côtés de sa femme Jeanne Rose (décédée en 1328) dans une chapelle de la cathédrale Saint-Étienne. Il s’agit d’une chapelle latérale dédiée au Saint-Sacrement que notre bienfaiteur fît construire (à ses frais) en 1331 suite au décès de sa femme. Jean Rose y fît réaliser une pierre tombale caractérisée par sa polychromie composée d’un calcaire carbonifère noir incrusté de marbre blanc.

Pierre tombale de Jean Rose dans la cathédrale de Meaux
Pierre tombale de Jean Rose et de son épouse dans la cathédrale de Meaux - © B.Galloux

Cette plaque est toujours visible aujourd’hui dans la cathédrale Saint-Étienne. Elle a été fixée sur un mur pour éviter qu’elle ne soit trop abimée par les allées et venues.

En 1848 la municipalité décide d’honorer la mémoire de Jean Rose en donnant son nom à une artère de la ville : l’actuel boulevard Jean Rose.