Opéra - Orphée et Eurydice

Orphée est la version masculine de la sirène : il chante si merveilleusement que tout s’émeut à son contact. Eurydice elle, est une naïade: l’amour naît immédiatement entre ces deux êtres, un amour vrai et unique.

Opéra - Orphée et Eurydice - Meaux

Orphée est la version masculine de la sirène : il chante si merveilleusement que tout s’émeut à son contact. Eurydice elle, est une naïade: l’amour naît immédiatement entre ces deux êtres, un amour vrai et unique. Mais comme nous sommes dans les dédales implacables de la mythologie, la mort va bien évidemment pointer le bout de son nez et mettre à l’épreuve les sentiments de nos héros : Eurydice mourra le jour même de ses noces, mordue par un serpent alors qu’elle fuit les avances du Dieu Aristée. L’inconsolable Orphée hantera les ténébreux vestibules de la mort à la recherche de son amante, jusqu’à ce que les Dieux lui permettent de ramener Eurydice au monde des vivants, à la condition de ne jamais la regarder, tant que durera son voyage abyssal : le moindre doute dans l’infaillibilité de son amour entraînera sa mort.

Orphée accepte, sans se douter de l’implacable supplice qui l’attend : ne pas toucher, étreindre, embrasser l’être tant aimé, qui, toute grisée par la promesse de l’amour, défaille devant l’insondable froideur de son amant. Le doute soudain enfume les sentiments, et tout devient insupportable. Orphée regardera Eurydice, et la perdra à jamais.

Mise en scène : Denis Chabroullet / Assistante : Cécile Maquet
Chef d’orchestre : Jean-Marie Puissant
Arrangements : David Walter
Orphée : Théophile Alexandre
Eurydice : Anaïs Frager
Amour : Roseline Bonnet des Tuves
Le quatuor (distribution en cours) : Partie mezzo - Mayuko Karasawa / Partie basse - Thill Mantero
Danseuses : Esther Gonçalves et Alexane Albert
Orchestre pressenti : Céline Langlet, flûte traversière ; Timothée Oudinot, hautbois ; Nina Daigremont, cor ; Aurélie Gallois, violon ; Sophie Dutoit, alto ; Louise Audubert, violoncelle ; Françoise De Maubus, harpe ; Baptiste Reboul, contrebasse.
Construction : Thierry Grasset
Marionnettes : Aline Bordereau
Eclairages et vidéos : Morgane Viroli